dimecres, 21 d’octubre de 2009

Falsos virus i programes

Info enviada per l´amic Henry i que podeu complementar a: http://www.01net.com/editorial/507461/de-faux-antivirus-qui-ranconnent-les-internautes/

Il y a une qualité que l'on peut reconnaître aux cybercriminels : ils ne sont jamais à court d'idées pour monter de nouvelles escroqueries. L'une de leurs dernières trouvailles consiste à paralyser l'ordinateur des internautes et à exiger une rançon pour le débloquer. Cette tactique adoptée par les roguewares (traduction : « logiciels fripouilles ») est en plein développement depuis trois mois.

Pour parvenir à leurs fins, les cybercriminels jouent de la crainte des internautes de voir leur PC infecté par un virus. Franck Mazeau, Country Sales Manager au sein de Panda France, détaille le scénario : « Un internaute surfe tranquillement, quand il voit s'afficher sur son écran un message d'alerte lui indiquant qu'il vient d'être infecté par un virus. Une liste lui donne même le détail de ceux qui l'auraient contaminé. » L'internaute est invité à télécharger de suite un antivirus, contre paiement.

Pour rendre l'alerte crédible, la fenêtre reprend la charte graphique de certains éditeurs d'antivirus. Même leur nom s'en inspire et le cybercriminel se présente comme l'éditeur de Total Security, Total Defender, Antivirus 2009, Spyware Protect 2009...

Franck Mazeau poursuit sa description. « Ce type d'intimidation au virus a déjà été utilisée. Mais les roguewares radicalisent le principe puisque l'internaute ne peut fermer cette fenêtre. Pire, en cliquant, d'autres fenêtres vont apparaître, jusqu'à l'empêcher d'utiliser son ordinateur. » Paniqué, l'internaute va alors avoir la tentation d'acheter l'antivirus pour sortir de cette impasse. La victime donne donc ses coordonnées bancaires à des pirates qui ne manqueront pas de s'en servir pour leur compte. En échange, il écope d'un logiciel qui ne le protégera aucunement.

Selon Panda Labs, 35 millions d'ordinateurs sont infectés chaque mois dans le monde. L'internaute n'a pas besoin de cliquer sur une fenêtre ni de télécharger quoi que ce soit pour être infecté. Les roguewares se cachent sur des sites – les réseaux sociaux ont leurs faveurs – et se transmettent par le biais des navigateurs.
...