divendres, 21 de març de 2008

La recerca

AdvestiSEARCH(TM) award-winning solution

Advestigo owes this prestigious recognition to its exclusive product AdvestiSEARCH. AdvestiSEARCH is a modular solution that tracks, deters and fights the violation of Intellectual Property laws and Internet regulations. It pinpoints web sites that exhibit proprietary or plagiarized content as well as Internet user terminals that provide illegal content for download via various file-sharing protocols. It then digitally "fingerprints" the illegally shared content, gathers data to monitor and analyse piracy and documents fraudulent incidents for future action.

Retalls de premsa

Sur la Toile, les données personnelles valent de l'or
LE MONDE | 12.03.08 |


L'internaute avance de moins en moins masqué devant son écran. Au fil de ses pérégrinations sur le Net, il laisse, parfois sans y prendre garde, de multiples traces. Des informations de plus en plus fréquemment archivées par les sociétés Internet, désireuses de mieux connaître les internautes afin de leur envoyer des publicités ciblées. Qu'achètent-ils, où passent-ils leurs vacances, quels sont leurs loisirs mais aussi quels sont leurs amis ou leur religion ? Le portrait-robot de chaque utilisateur prend forme.

Une étude menée par l'institut comScore pour le New York Times tente pour la première fois d'estimer le volume d'informations transmises aux sociétés Internet. Le quotidien américain a livré les résultats de cette enquête dans son édition du lundi 10 mars.

La société comScore a analysé le potentiel de collecte de données de quinze entreprises sur le mois de décembre 2007 aux Etats-Unis. Elle a tenu compte du nombre de requêtes effectuées, mais aussi du nombre de publicités, de vidéos et de pages vues sur leurs sites. Sans oublier de comptabiliser les pubs vues sur des sites tiers dont elles gèrent la publicité.

PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

Selon cette analyse, Yahoo! se classe en première position avec 110 milliards d'informations collectées sur ses sites en un mois, soit une moyenne de 811 par internaute. A cela s'ajoutent les données provenant de sites de partenaires comme eBay. Juste derrière se place le site communautaire MySpace, détenu par le groupe News Corporation avec 97 milliards de données. Microsoft arrive ensuite avec 45 milliards d'informations, puis Google (37 milliards) et AOL (35 milliards).

Au vu de ces résultats, on comprend que Microsoft soit prêt à débourser plus de 41 milliards de dollars pour s'emparer de Yahoo!. La profondeur de ses bases de données ne peut que susciter l'intérêt. De même, on saisit mieux pourquoi le numéro un de la publicité sur Internet, Google, est prêt à s'emparer de DoubleClick, société qui suit à la trace les déplacements des internautes sur le Net. Annoncée en avril 2007, l'acquisition de DoubleClick a obtenu le feu vert de Bruxelles mardi 11 mars.

Mais les autorités européennes chargées de la protection des données continuent à étudier le dossier. L'enjeu de la protection de la vie privée est au coeur de ces grandes manoeuvres publicitaires sur Internet. Le plus souvent, l'intrusion dans l'intimité des internautes se fait à leur insu, sous prétexte de leur offrir des services gratuits.

Un modèle surtout prisé par les géants du Net. Car, comme le souligne le New York Times, qui met en exergue un autre enseignement de l'étude comScore, un fossé sépare encore les sociétés de médias traditionnels des nouveaux entrants du Net dans cette chasse aux données personnelles.
Laurence Girard
Article paru dans l'édition du 13.03.08.


L'Orella Blobal a frança!
Le Figaro

Les gendarmes amplifient
les cyberpatrouilles
http://www.lefigaro.fr/actualites/2008/03/20/01001-20080320ARTFIG00614-les-gendarmes-amplifientles-cyberpatrouilles.php
"...Selon nos informations, les patrouilleurs du web adoptent depuis décembre dernier le système «Advestisearch», redoutable logiciel inventé par une société de la banlieue parisienne : en quelques clics, ce puissant moteur de recherche explore en profondeur les sites suspects et leurs pages cachées en recoupant des images de logos ou prenant en compte la sémantique de phrases entières. «Contrairement à un moteur de recherche classique, notre prototype donne une réponse immédiate tout en continuant à balayer internet pour dénicher à l'infini toute nouvelle infraction correspondant à la demande», précise le chef d'escadron Alain Permingeat...."