diumenge, 25 d’octubre de 2009

La nova telefonia

De plus en plus d’applications permettent d’envoyer des SMS et d’appeler gratuitement depuis son portable. En roaming, les économies peuvent être très importantes. Les opérateurs cherchent une parade.

L’onde de choc part le 7 octobre du sommet de la Whitacre Tower, au centre de Dallas. Ce jour-là, la direction de l’opérateur AT & T annonce une décision qui aura une influence mondiale. La firme américaine autorise l’utilisation complète du logiciel Skype sur ses iPhone. D’apparence anecdotique, cette nouvelle aura des répercussions colossales sur tous les opérateurs de téléphonie mobile. Et bien sûr leurs clients. A Renens, Worblaufen et Zurich, aux sièges d’Orange, Swisscom et Sunrise, les stratèges tentent aujourd’hui de trouver des réponses face à une nouvelle menace qui pourrait leur faire perdre, à terme, des centaines de millions de francs.

Comment en est-on arrivé là? Il y a quelques mois encore, un téléphone ne servait qu’à envoyer des SMS et à effectuer des appels. Aucun souci alors pour les opérateurs, qui n’avaient qu’à encaisser les recettes liées à ces services parfois vendus à prix d’or – surtout les SMS. L’arrivée de l’iPhone et des dizaines de mobiles fonctionnant avec les logiciels de Google ou de Microsoft n’a pas ôté le sourire aux opérateurs: ils en profitent pour vendre, pour quelques dizaines de francs par mois, des forfaits pour accéder à Internet via ces appareils. La situation se gâte lorsque les utilisateurs prennent conscience des possibilités de leur téléphone. Ils peuvent installer des logiciels capables de remplacer totalement les SMS et les appels traditionnels. Pour les opérateurs, l’angoisse est réelle.

Car ces services sont là. Il y a d’abord Skype, que les clients d’AT & T peuvent désormais utiliser, sur leur iPhone, via son réseau de téléphonie mobile. Comme sur un ordinateur, les appels transitent via Internet (mobile) et pas par le réseau traditionnel. Du coup, pour ces conversations, plus un centime n’est versé à AT & T, comme lors d’appels entre deux ordinateurs. Autre exemple: depuis peu, il est possible de télécharger sur son téléphone des logiciels, tels Ping! ou WhatsApp, qui permettent d’envoyer gratuitement des SMS entre deux iPhone. Là encore, les téléphones utilisent la connexion à Internet fournie par les opérateurs mobiles: ceux-ci ne touchent pas un centime pour l’envoi de ces messages instantanés.

L’institut de recherche Gartner estime que, dans moins de dix ans, 30% des appels vocaux émis depuis un mobile seront ainsi effectués via Skype ou Google. Chez Swisscom, la menace est prise au sérieux: «Sur le fixe, Skype est devenu un acteur important, surtout pour les appels vers l’étranger. La même chose pourrait se passer sur le mobile. Mais tout dépendra de la simplicité d’utilisation de ces applications et de la qualité des appels vocaux», explique Christian Petit, responsable des clients privés pour l’opérateur. Il poursuit: «L’arrivée d’Internet sur les mobiles conduit à une explosion d’utilisations variées qui échapperont à la maîtrise des opérateurs. Il y aura une évasion du trafic SMS vers les applications Internet. Reste à savoir dans quelle mesure.» Que peuvent faire les opérateurs? Relever le prix des forfaits d’accès à Internet sur mobile? «Tous les opérateurs savent qu’à terme les communications vocales et par texte passeront par Internet. Certains songent à augmenter leurs tarifs. D’autres s’allient à des services concurrents, tel l’opérateur «3» qui a signé avec Skype en Angleterre. Enfin, des opérateurs bloquent l’accès à Skype et ses clones: mais à terme, cette situation n’est pas tenable», estime Pierre Carbonne, analyste auprès du cabinet IDATE. En effet, les opérateurs résistent: si AT & T a accepté que Skype soit utilisé librement sur l’iPhone (et pas seulement en Wi-Fi), c’est en grande partie parce que les autorités américaines l’y ont contraint.
Publicité

Pourquoi Swisscom ne suit-il pas l’exemple d’AT & T? «C’est Apple qui décide d’ouvrir Skype sur la 3G ou non, et pas nous», affirme Christian Petit. Swisscom est clair: s’il devait perdre trop de revenus à cause de Skype, Ping! ou leurs clones, il pourrait augmenter ses tarifs pour financer son réseau.

Apple n’était hier pas en mesure de répondre à nos questions. Au contraire de Google qui laisse une grande liberté aux développeurs d’application pour ses téléphones, la firme de Steve Jobs effectue un contrôle strict sur les logiciels distribués pour l’iPhone.

Que peuvent faire les autorités de régulation? «Notre rôle n’est pas, en principe, de vérifier si des services sont bridés sur des réseaux ou des terminaux mobiles, mais d’assurer l’interopérabilité», explique Philipp Metzger, vice-directeur de l’Ofcom. «Mais nous constatons en effet que le débat sur la neutralité des réseaux est vif aux Etats-Unis et qu’il prend de l’ampleur en Europe. A terme, il n’est pas exclu que cela entraîne des modifications dans la législation actuelle. Mais rien n’est sûr.»

D’ici là, ce sera surtout aux consommateurs de faire pression pour utiliser librement des applications sur leurs mobiles. C’est déjà en grande partie le cas sur les téléphones équipés des logiciels de Google: l’on peut déjà utiliser, partout librement, une version de Skype. «Mais n’oubliez pas que ces services gratuits ne sont pas encore aussi fiables que les appels classiques ou les SMS, avertit Pierre Carbonne. Certains demandent aussi une forte bande passante que tous les opérateurs ne peuvent offrir. De plus, tous les consommateurs ne disposent pas, et de loin, d’un iPhone ou d’un portable évolué.» Sans compter que certains services, come Ping!, ne fonctionnent qu’entre appareils identiques.

Mais il y a fort à parier que, rapidement, ces services gratuits seront eux aussi interopérables entre des téléphones de Google, Microsoft ou Apple. Pour les opérateurs qui n’auront pas défini de stratégie claire, les temps seront alors difficiles.

*** Des de fa molt de temps amb qualsevol Pda o Smartphone, sigui amb Mac, Wds o Linux, instal-lant el Voip Buster, o altre, es pot  via Wifi trucar o enviar Sms.

Hay varias maneras para hacer llamadas baratas con VoipBuster con tu PDA/Windows mobile equipo:

 
¿Cómo funciona?
Inicia sesión a tu cuenta en la página web, haz clic en 'Make VoIP calls via your mobile phone' (Haz llamadas de VoIP por medio de tu teléfono móvil) y sigue las instrucciones.


 La aplicación móvil de VoipBuster

Inicia llamadas de VoipBuster desde tu móvil y evita las llamadas costosas por causa de los costes adicionales de tu operador móvil.

  • Precisas de GPRS / UMTS (para que la aplicación inicie la llamada por medio de internet)
  • Precisas de JACA (CLDC 1.1 / MIDP 2.0) la mayoría de teléfonos nuevos tienen esta función.
Prueba BETA.
La aplicación móvil esta en versión BETA.
Hemos notado que el software no funciona en cada teléfono móvil.
Si el software no funciona, favor intentar utilizar una de las otras opciones en esta página.

¿Cómo funciona?
  • En tu teléfono MOVIL visita http://gsm.voipbuster.comen algunos móviles necesitas elegir 'download application' (descarga la aplicación), en algunos móviles simplemente puedes visitar la página web.)
  • Descarga e instala la aplicación, inicia la aplicación.
  • En "settings" (ajustes) introduce tu nombre de usuario / contraseña y tu propio numero móvil (es el lado A de la llamada)
  • Yendo a la sección de marcar, selecciona un número telefónico desde tu lista de contactos y hunde llamar.
  • Tu teléfono sonara. Cuando contestes, nosotros marcaremos el otro número. Espera la conexión y empieza a hablar.

Las tarifas de VoipBusterpara llamar a tu numero móvil y el numero que desees llamar (mas tarifa de conexión de 5 ct) serán cargadas por medio de tu cuenta de VoipBuster, así que asegúrate de tener crédito.

Ejemplo: Si estas en España y deseas llamar un número fijo en el Reino Unido, pagas la tarifa de inicio de 5 ct mas la tarifa de la llamada a un numero móvil en España y el número fijo en el Reino Unido

Aplicaciones de terceros

Puedes descargar la aplicación especial para tu PDA o móvil (por ejemplo la de SJ Labs) Con esta aplicación, tu nombre de usuario y contraseña puedes utilizar VoipBuster desde tu móvil


¿Cómo funciona?
  • Descarga, instala e inicia la aplicación de SJLabs adecuada para tu móvil.
  • Selecciona el menú de opciones y haz clic en el botón de profile (perfil).
  • Crea un nuevo perfil haciendo clic en el botón New (Nuevo).
  • Introduce el nuevo nombre de perfil (por ejemplo VoipBuster) y haz clic en OK.
  • Una nueva venta se abrirá donde tendrás que hacer clic en el botón SIP Proxy.
  • Introduce la dirección de Proxy: sip.voipbuster.com : 5060, User Domain: sip.voipbuster.com y haz clic en OK.
  • IEn la nueva ventana puedes introducir tu nombre de usuario y contraseña de VoipBuster y luego en OK. (Para algunas versiones de las aplicaciones tendrás que reiniciar la aplicación de SJphone)
  • Reinicia SJphone, haz clic en el botón derecho del ratón y selecciona Reiniciar.